mardi 26 mai 2015

sauvons les abeilles

Dans le noisetier de mes voisins et amis, un essaim d'abeilles en instable posture a fait la joie du jeune apiculteur qui habite notre quartier et avec qui nous avons sympathisé autour du potager (un essaim est installé dans le poteau électrique juste à côté que nous surveillons et protégeons des frelons asiatiques).
Nous avons donc assisté ce weekend à la capture de l'essaim sauvage qui viendra grossir les rangs des ruches installées sur la base militaire de Mérignac. En effet, Alex a la double casquette apiculteur/militaire de carrière et est à l'initiative d'une collaboration entre l'armée (qui possède des hectares intra-muros) et les apiculteurs pro ou amateurs en quête d'espace pour leurs ruches.


la ruchette qu'il faut remplir pour transporter les abeilles vers leur point de chute définitif
Pendant l'opération, nous étions plusieurs autour de lui, sans protection. Aucun danger à ce stade, les abeilles cherchent à se regrouper autour de leur reine et ne manifestent aucune attitude défensive. C'est un spectacle fascinant.

mardi 19 mai 2015

potager 2015

Deux été pourris consécutifs n'ont pas réussi à abattre notre volonté de progresser au potager. Nous avons consciencieusement travaillé et amendé la terre, dessiné des plate-bandes plus larges, entretenu les vivaces qui grossissent à vue d’œil, semé des fleurs pour habiller les bordures, tondu régulièrement la pelouse pour l'étoffer, et surtout, lu et étudié de près les associations de légumes plus ou moins heureuses pour mettre toutes les chances de notre côté.
Ce printemps nous avons déjà à notre actif une récolte encourageante de fèves et petits pois semés à l'automne et de radis semés bien plus aérés que l'année passée pour leur laisser la place de grossir. Nous cueillons régulièrement des feuilles d'épinard et de roquette pour les salades composées, nos sauces tomates sont parfumées avec l'origan planté la première année. Nous regardons pousser avec gourmandise pommes de terre et haricots verts, les framboisiers, groseilliers, cassissier, vigne, verveine sont chargés de promesses et hier soir nous avons dégusté notre première salade de fraises. Les tomates sont en place ainsi que les choux, aubergines, poivrons, piments, courgettes, concombres et melons. J'espère déguster mon premier artichaut cette année. Bref, la saison s'annonce sous de bien meilleurs augures...








lundi 18 mai 2015

luz



 


A Luz, il y a de jolies couleurs délavées sur  les maisons du village, des balades qui laissent à voir au bout du monde des cabanes de bergers que l'on aimerait bien habiter quelques jours, une bien jolie niche où la vierge a une vue imprenable sur le lac d'Estom et dans la droguerie où je me réapprovisionne en savonnettes, il y a même le Milk Déco !



lundi 11 mai 2015

la vie en rose


C'est le moment de faire le tour de la commune avec un panier et un sécateur pour alléger les rosiers qui débordent sur les trottoirs. Et avec un peu de chance, on croise même des éléphants roses sur le tram....

jeudi 7 mai 2015

les ancêtres sont dans l'escalier

Tout à commencé avec le portrait de ma grand-mère (le plus grand à droite) que j'ai gardé quand nous avons vidé son appartement après sa mort. A suivi celui d'une cousine de mon père (l'ovale colorisé à gauche) récupéré par ma sœur dans la maison de notre grande tante. Au milieu, un troisième bébé (cousine de ma mère encore vivante je crois...) est venu compléter la galerie des vrais membres de la famille. Ensuite nous avons agrandi le cercle familial avec d'illustres inconnus, deux portraits à des âges différents de la reine d'Angleterre (très photogénique) et celle d'une madone à l'enfant.
Il faudra bien sûr remballer cette invraisemblable galerie de portraits dans le nouvel appartement. En attendant, je la croise au moins une fois par jour en descendant au jardin.

mardi 5 mai 2015

lectures d'avril

Je n'avais jamais rien lu de Jack London. Croc Blanc, ça n'était pas ma tasse de thé quand j'étais enfant et je n'avais pas cherché plus loin. Martin Eden est un roman époustouflant. D'une richesse et d'une précision quasi maladive, à l'image du héros Martin Eden donc, un marin aventurier mal dégrossi qui décide de se hisser dans l'échelle sociale par amour. Il entreprend de se cultiver pour devenir écrivain. Il est très pauvre et son apprentissage relève du mythe de Sisyphe. Il est trop pur aussi et quand il connaîtra enfin le succès il refusera de rentrer dans le rang, incapable d'accepter la reconnaissance tardive de ceux qui lui tournaient le dos encore hier. Roman de l'apprentissage et du désenchantement, les dernières lignes sont inoubliables. "Tout en bas étaient les ténèbres. Cela il le savait. Il sombrait dans les ténèbres. Et au moment où il le sut il cessa de le savoir. »

 J'ai offert Eleanor & Park à Nine après en avoir entendu parler sur le blog de Katel, en précisant à ma fille que l'auteure était plébiscitée par son héros du moment, j'ai nommé John Green et ses étoiles contraires....  Que ne ferait une mère pour faire lire ses enfants....
En tout cas j'avais vu juste car Nine a adoré. Du coup j'ai décidé de le lire aussi, alors que je n'ai pas encore réussi à ouvrir un bouquin de Green... Et bien ce roman est une pépite. Eleanor vit un enfer, c'est le moins que l'on puisse dire. Et ce n'est pas une vue de l'esprit d'une ado mal dans ses baskets. Park sera son rayon de soleil et vice et versa. Une histoire pas drôle mais pleine d'humour et d'amour et qui résonne longtemps parce qu'elle nous laisse à voir le rainbow qui réunira un jour Eleanor & Park !

Ce livre de Jean-Marie Blas de Roblès tentait K. Nous avons rencontré l'auteur lors d'un débat organisé pendant l'escale du livre à Bordeaux. Il n'en fallait pas moins pour qu'elle l'achète et le fasse dédicacer. Je l'ai lu avant elle, emportée par le mouvement. L'île du point Nemo est un vrai roman d'aventures, totalement déluré et très bien documenté qu'on ne lâche pas avant la dernière ligne déchiffrée. L'auteur ne nous mène pas qu'en bateau, le temps et l'espace n'ont plus de limites. Sexe, (drogue) mensonge et vidéo version Sherlock Holmes, avec un brin de Barjavel. Rafraîchissant !

Je poursuis l'exploration de l'univers de Delphine de Vigan. J'ai lu les heures souterraines dans la journée, emportée comme l'héroïne dans un tourbillon. Son écriture incisive dépeint à merveille la descente aux enfers de cette femme victime de son supérieur hiérarchique jusqu'à l'humiliation. L'auteure met en parallèle la vie de deux êtres en perdition, elle sur ses talons aiguilles, lui au volant de sa voiture sans que l'on sache jusqu'à la toute fin du livre si leurs destins se croiseront.

Voilà un très joli livre de jardinage mais pas que, bien utile à l'apprentie potagère que je suis devenue. Carol Reid-Gaillard nous donne une leçon d'humilité, de beauté et de générosité qu'elle a elle même reçue de la nature. Vive le potager du jardin à l'assiette !
Son blog est par ici et en anglais puisqu'elle est irlandaise.

La collection Babel m'a rarement déçue. Voici le livre type, pris au hasard d'une étagère dans une braderie et qui se révèle être un très beau roman. Mathurin est avocat à Port aux Princes. Il a tiré un trait sur son passé d'enfant pauvre de village. Son ascension sociale l'entraîne toujours plus haut, son plan de carrière est tiré au cordeau. Mais il est rattrapé par Charlie, adolescent des rues qui ouvrira cette boite de Pandore qu'il avait pris tellement de soin à fermer à double tour. Une écriture très poétique, très exotique, un joli roman tristement chantant.

lundi 4 mai 2015

WaX


Un tote bag et des coussins, le tout taillé dans des vêtements improbables trouvés au secours populaire et que je collectionne car je suis fan de wax, tissu pas toujours facile à trouver et relativement cher au mètre.